VIVATECH

ST DIGITAL PARTICIPE AU VIVATECH 2023 AVEC SES CLIENTS

La 7ème édition du salon Vivatech de Paris, qui s'est tenu du 14 au 17 juin 2023, a été l'occasion pour nos clients de découvrir les dernières innovations technologiques, des conférences, des ateliers, des démos et de rencontrer les acteurs clés de l'écosystème numérique qui façonnent l'avenir de l'humanité. Plus de ●150 000 visiteurs venus de 174 pays à la Porte de Versailles ● 405 000 visiteurs en ligne et plus de ●900 millions de visiteurs atteints sur les réseaux sociaux ● 11 400 startups ● 2 800 exposants ● +450 intervenants. Édition record avec :
➡️ 6,6 milliards d'impressions
➡️ 8,4 millions d'interactions
➡️ Plus de 230K posts publiés... Plusieurs solutions innovantes ont été présenté dans des domaines variés comme l'intelligence artificielle, la cybersécurité, la mobilité, la santé ou encore l'éducation
Nos clients ont pu assister à des conférences inspirantes, participer à des ateliers interactifs, tester des produits innovants et échanger avec des experts de différents domaines. Ils ont également eu l'opportunité de présenter leurs projets et leurs solutions lors de pitchs devant des investisseurs potentiels et des partenaires stratégiques.

Découvrez quelques innovations révolutionnaires et discours inspirants durant les 3jours qu'a duré l'évènement.

Capsix robotics a développé une technologie générique qui permet à tout praticien en soins corporels d'enregistrer ses gestes de soin et de les rejouer indéfiniment à l'aide d'un outil technologique.

Athos révolutionne l'escalade avec ses chaussures imprimées en 3D et sur-mesure. Conçues pour optimiser les performances et le confort, les chaussures sont les premières du genre. Grâce au scan des pieds et à la personnalisation individuelle, la mission est de créer la chaussure parfaite pour chaque utilisateur.

« Faire de la France un champion de l’IA » , Emmanuel Macron.
Le président français, Emmanuel Macron, s’est promené dans les allées de VivaTech avant de se rendre à Stage One et de parler du paysage de l’IA en France.

Considérant que la France est en retard dans la course au développement de l’IA, le président français a annoncé que le pays investirait 500 millions d’euros supplémentaires dans l’IA pour aller « beaucoup plus vite et plus fort ». « Le pire scénario serait une Europe qui investirait beaucoup moins [dans le développement de l’IA] que les Américains et les Chinois, et qui commencerait par créer une réglementation. Ce scénario est possible, ce ne serait pas celui que je soutiendrais », a-t-il noté. 

« Nous devons simultanément accélérer la recherche, l’innovation et la création d’un écosystème puissant et participer à une régulation dont le champ d’application doit être le plus large possible. »

Maurice Levy, Président du Conseil de Surveillance de Publicis Groupe, a demandé : « Je dois vous poser la question à laquelle nous voulons tous avoir la réponse. Es-tu mauvais ou génie? » En riant, Musk a répondu: « Vous pouvez être un génie du mal... »

« Concentrez-vous sur quelque chose qui vous passionne personnellement », a partagé Musk. « Il n’est pas nécessaire que ce soit de la haute technologie, mais il faut l’aimer. Il est difficile d’évaluer ce que les autres aimeront, mais si vous ne pouvez absolument pas attendre que votre produit soit sur le marché, vous allez dans la bonne direction. »


« Nous vivons à une époque des plus intéressantes. Disons qu’un armageddon de l’IA se produit. Je pense que je voudrais encore être en vie en ce moment pour le voir. Je veux dire, j’espère que ce n’est pas moi qui le cause... » Elon Musk.

Au 2ème jour du salon VIVATECH, ST DIGITAL a animé une conférence durant laquelle plusieurs intervenants ont relevé les problématiques ci-dessous à l'attention des acteurs des infrastructures numériques africaines. 

  • Les infrastructures numériques sont-elles prêtes pour les importants changement s induits par l'évolution du cadre règlementaire de la gestion des données électroniques ?
  • A l'heure de la résurgence des tensions diplomatiques internationales, comment s'assurer de la cyber souveraineté des états Africains ?
  • Le coût de l'énergie et le coût de l'internet sont-ils des obstacles au développement des écosystèmes numériques en Afrique Francophone ?
  • Les infrastructures et écosystèmes numériques africains sont-ils prêts pour les nouvelles vagues d'innovation autour de l'intelligence Artificielle, de la crypto-monnaie, du Web et de l'internet par satellite ?


Le salon Vivatech a également réuni plusieurs pays africains comme la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, le Burkina Faso...  qui ont présenté leurs innovations et leurs solutions pour relever les défis de demain. Parmi eux, un Camerounais a fait sensation en remportant un prix prestigieux. Waspito, lauréat de la catégorie healthtech, est une start-up camerounaise qui met en relation patients et médecins pour des consultations vidéo instantanées via son application mobile accessible sur iOS et sur Android. Ce dispositif révolutionnaire vise à améliorer l'accès aux soins cardiaques dans les zones rurales d'Afrique, où les spécialistes sont rares. Il a ainsi pu bénéficier d'une visibilité accrue et d'un accompagnement personnalisé pour développer son projet. Le salon Vivatech a été l'occasion de mettre en lumière le dynamisme et la créativité des entrepreneurs africains, qui contribuent à faire avancer la tech au service de l'humanité.

Vivatech, un rendez-vous devenu incontournable pour les nombreuses startups africaines ayant fait le déplacement. D'où le besoin de créer des synergies explique Amadou Coulibaly, ministre ivoirien de la Communication et de l'Économie numérique.

"Nous avons des réalités socioculturelles qui sont différentes de celles des autres continents. Nous pensons que les pays africains se ressemblent d’une certaine façon et l’un des objectifs de la transformation numérique c’est de faciliter la vie des populations. De ce point de vue la Côte d’Ivoire a initié un salon, le SACEN, le Salon Africain des startups et de l’économie numérique. Nous en sommes à notre deuxième édition c’est un salon qui est en train de grandir nous espérons qu’il puisse devenir le Vivatech du continent africain" ! a souligné Amadou Coulibaly, ministre ivoirien de la Communication et de l'Économie numérique. 

Une première cette année, un pavillon entièrement dédié au futur du sport. Un futur qui s’écrira en Afrique et plus particulièrement au Sénégal, pays hôte des Jeux Olympiques de la jeunesse en 2026.

Point d’orgue de cette journée, l’intervention très attendue du philanthrope et afro-capitaliste nigérian Tony Elumelu, venu vanter les mérites de l’entrepreneuriat africain.

"Pour réussir, il faut adopter la technologie. Vous devez adopter la technologie pour survivre. Si vous n'adoptez pas la technologie, votre entreprise est vouée à l'échec. Or, en tant qu'entrepreneurs, nous devrions construire des entreprises pour durer. Certains d'entre nous en sont là aujourd'hui parce qu'ils ont construit leur entreprise pour qu'elle dure, et même pour qu'elle dure plus longtemps que nous. Nous pouvons donc faire beaucoup de choses. La technologie est un catalyseur. Nous voyons maintenant dans la vie réelle que c'est la voie à suivre. Et je pense que des plateformes comme Vivatech sont très importantes. Mais ce que je dis aussi, c'est qu'il ne faut pas que la technologie soit au service du bien, il faut qu'elle soit au service de tous" a-t-il expliqué.